• 23 juin 2020

Transport maritime 

Les acteurs historiques du secteur transmanche sont en difficulté avec de nombreux licenciements à venir. Il est probable que les liaisons entre Saint-Malo et Jersey diminuent prochainement. Il semblerait que la partie Nord – Est de la Manche soit pour l’instant moins affectée. On y observe d’autant plus la concurrence portuaire. Certains ports français craignent de se voir reléguer au rang de port secondaire et non plus comme des hubs internationaux, des ports étrangers s’étant particulièrement réorganisés et proposant des services adaptés à des tarifs très compétitifs suite au double choc Brexit-Covid-19.

 

Transport routier 

 

La reprise est effective depuis le début du mois de juin.  Le mois de mai a représenté 66% d’un mois normal – soit un repli de 34%.On remarque une forte augmentation des volumes transportés vers l’Angleterre et de leurs prix. La nature des biens transportés a également évolué par rapport ce qui a été observé au cœur de la crise sanitaire : les transports concernaient alors exclusivement du matériel médical et pharmaceutique, il s’agit désormais principalement de pièces détachées à destination des usines britanniques. La reprise rapide des flux français s’accompagne d’un encombrement à la frontière : si l’attente est aujourd’hui de deux heures du côté Français du tunnel, il n’est que de trente minutes côté britannique. L’Europe ne reprend pas de façon homogène. Alors que la reprise est largement confirmée en France et en Europe de l’Est, l’Italie demeure absente – on n’y enregistre aucun flux au départ ou à destination. A l’échelle européenne, les flux français ont été les premiers à repartir. A la mi-juin, 91% de ce qui transite vers l’Angleterre provient de France. En temps normal, la part française représente seulement 50% des flux transmanche. 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

fr_FRFrench
en_GBEnglish fr_FRFrench
X